Archives pour la catégorie Le voyage interstellaire

-Le voyage interstellaire:

Il est vrai que notre conception du voyage interstellaire pose un vrai problème pour attribuer une origine extraterrestre au phénomène ovni.  C’est ce que nous sortent sans arrêt la plupart des scientifiques qui ne peuvent pas expliquer un phénomène qu’il ne comprennent pas par ce qu’ il sort du domaine de l’entendement humain.
Pour l’instant, car dans quelques dizaines ou centaines d’années les réponses à ces questions nous paraîtrons sans doute simplistes.

Mais oublions la probabilité extraterrestre du phénomène ovni et penchons nous sur nos propres capacités et progrès en matière de déplacement dans l’espace.

En cela, cet article traitera des questions que nous nous posons:

- Pourrions nous un jour atteindre un exoplanète?
- Quel sont les effets d’un voyage interstellaire sur un organisme vivant?
- Où en sommes nous dans tout ça?

 

 

Une vitesse faramineuse:

Afin de voyager sur des distances nous permettant d’atteindre le système extrasolaire le plus proche il est essentiel d’évoluer à une vitesse proche de celle de la lumière( de 25% à 99,99%) sinon le voyage serait si long qu’il en deviendrait vite dépassé par une nouvelle technologie plus performante et permettant des vols plus rapides rattrapant ainsi la précédente expédition.

Bien sûr, les sondes spatiales robotisées sont toujours les pionniers avant une probable expédition de spationautes. Mais restons quant même sur ce fantastique voyage humain et examinons à quoi ces gens seraient exposé de part cette vitesse prodigieuse.

Imaginons que nous possédions un vaisseau spatial capable de voler à une vitesse avoisinante à celle de la lumière.

Il nous faudrait quand même plus de 4,5 années pour arriver au système extrasolaire le plus proche ou plus de 20,5 années pour atteindre l’exoplanète de Gliese 581 C découverte récemment et susceptible d’abriter la vie ( et autant de temps pour envoyer un signal de retour à la terre).

Vrai, pour ceux qui sont restés à attendre sur Terre mais à bord des vaisseaux, on aura l’impression de quelques jours à peine!

C’est un effet bien connu de la théorie de la relativité d’Einstein.

Idem pour le fameux paradoxe des jumeaux de Langevin où le jumeau spationaute évoluant à la vitesse de la lumière vieillit beaucoup moins vite que le jumeau resté sur Terre. La différence peut atteindre plusieurs millions d’années!

Bien sûr, égaler la vitesse de la lumière relève de l’impossible ou de la science fiction à notre époque mais nul besoin atteindre cette vitesse inaccessible pour accéder aux exoplanètes les plus proches. Mais cependant ne sous-estimons pas le progrès technologique lié à l’intelligence humaine.

 

 

La relativité restreinte dans la voyage interstellaire:

 

Image de prévisualisation YouTube

Au sujet de la dilatation du temps prédite par la relativité restreinte, Albert Einstein indique en 1911:
«  Si nous placions un organisme vivant dans une boîte … on pourrait s’arranger pour que cet organisme, après un temps de vol aussi long que voulu, puisse retourner à son endroit d’origine, à peine altéré, tandis que les organismes correspondants, qui sont restés dans leur position initiale auraient depuis longtemps cédé la place à de nouvelles générations. Car pour l’organisme en mouvement, la grande durée du voyage était un court instant, à condition que le mouvement ait été effectué quasiment à la vitesse de la lumière.  »

 

 

La fameuse théorie de la relativité issue des savants calcul d’Einstein peut paraître extraordinaire, mais pourtant elle est des plus solides et à même été vérifiée par les observations scientifiques:

-On a observé que les particules instables se désintègrent plus lentement du point de vue de l’observateur lorsqu’elles se meuvent à grande vitesse par rapport à celui-ci, notamment dans les accélérateurs de particules.

 

-Cet effet est également observé pour les muons atmosphériques produits par la collision des rayons cosmiques (particules très énergétiques en provenance de l’espace cosmique) et les molécules de l’atmosphère. Ces muons, animés d’une vitesse proche de celle de la lumière, atteignent le sol où ils sont observés et ce malgré leur courte durée de vie propre, la dilatation du temps leur donnant le temps nécessaire pour atteindre les détecteurs.

 

-Un autre cas observé de dilatation temporelle est le décalage entre horloges atomiques au sol et en vol ; mais il se complique dans ce dernier cas de considérations gravitationnelles de sorte que le cadre de la relativité restreinte est insuffisant et qu’on doit considérer les effets de Relativité générale. Incidemment l’expérience réelle d’horloges atomiques embarquées en avion est une version réalisable, et souvent réalisée, de l’expérience des jumeaux, laquelle exploite l’effet de ralentissement des horloges en mouvement. -Signalons également que l’on observe aussi une dilatation du temps lorsqu’on mesure la durée de l’évolution de la luminosité des supernovae lointaines, mais que ce dernier effet est du à l’expansion de l’univers.
-En 1977, une expérience embarquant des horloges atomiques dans une fusée a confirmé les prévisions théoriques avec une précision de 0,01%.
-En 1959, Robert Vivian Pound et Glen Rebka ont pu vérifier expérimentalement que la différence d’altitude de 22,6 mètres d’une tour de l’Université de Harvard donnait une différence de fréquence de la lumière conforme aux prévisions de la relativité générale.

 

 

Petits exemples pour bien comprendre:

image4.png

Sur un vaisseau spatial, à 75% de la vitesse de la lumière,  un spationaute gagnerait 20 minutes de vie sur ses collègues à terre (soit environ 1/3 du temps total).

 

 

D’autres calculs en rapport avec la formule de relativité nous montre sur le tableau ci-dessous que pendant qu’il se passe 1,15 seconde sur Terre, il ne se passe qu’une seconde dans un vaisseau imaginaire se déplaçant à 50% de la vitesse de la lumière; ou bien qu’il se passe 6 heures 12 minutes sur Terre alors qu’il ne c’est écoulé qu’une seule seconde à bord d’un vaisseau évoluant très près de la vitesse de la lumière.

image7.png

À voir aussi une étude sérieuse du voyage relativiste: http://fr.wikipedia.org/wiki/Voyage_relativiste

 

 

Le moteur ionique ou propulseur magnétoplasmadynamique (MPD):

image31.png

Si aujourd’hui les moteurs de fusée conventionnels ont des capacités très faibles en matière de vitesse maximale et d’économie d’énergie pour effectuer des voyages de longues distances, il en est moins pour de nouveaux types de moteurs possédant un grand potentiel technologique encore à découvrir.
Ce sont les moteurs ionique ou propulseurs magnétoplasmadynamique associés généralement à des séries de science-fiction telles que Star Trek, mais ce moteur existe bel et bien et a été testé de façon poussée pour la première fois par le véhicule spatial non-habité Deep Space 1. Ce dernier a été lancé par la NASA le 24 octobre 1998. Il avait pour but premier de tester un certain nombre de nouvelles techniques astronautiques, dont le moteur à ions.
À la fin de la mission, la vitesse de Deep Space 1 avait augmenté, grâce au moteur à ions, de 4,5 kilomètres par seconde, après l’usage de seulement 81,5 kilogrammes de carburant. Avec un moteur conventionnel et en utilisant autant de combustible, le véhicule aurait subi à peine un dixième de cette accélération.

image32.png

Ci-dessus, le test d’un moteur ionique au xénon.

 

Puis peu de temps après, la sonde spatiale Cassini-Huygens propulsée uniquement par la fusée Titan-IVB/Centaur de l’armée de l’air des États-Unis, atteignit la vitesse record de 19,1Km/s en utilisant à quatre reprises l’assistance gravitationnelle de la Terre, de Vénus est de Jupiter. Tout cela pour vous démontrer qu’en utilisant ces deux techniques( assistance gravitationnelle et moteur ionique), l’on pourrait avec nos moyens actuels pulvériser le record de vitesse de ces sondes. Mais ces moteurs ne sont que les pionniers en matière de propulsion ionique qui de plus ne sont alimenté que par l’énergie solaire capté par leurs panneaux, imaginez donc ces moteurs alimentés par l’énergie nucléaire leurs fournissant une puissance 1000 fois supérieure! Ces tout nouveaux moteurs ont donc un grand potentiel d’évolution largement estimé.

La technique de l’assistance gravitationnelle: (sonde spatiale Cassini-Huygens)
http://www.dailymotion.com/video/x32hx1
Comment ça marche?

Un moteur à ions est un moteur “électrique” qui produit sa force de propulsion en projetant des ions à très haute vitesse, le carburant (le xénon) n’est pas brûlé mais ionisé et les ions alors libérés passent par deux grilles fortement chargées électriquement et subissent ainsi une accélération.
Si ces moteurs produisent une force de propulsion bien plus faible que des moteurs de fusée conventionnels, ils sont en revanche infiniment plus économe et possèdent une vitesse d’éjection dont les limites varient avec la puissance électrique et pouvant avoisiner la vitesse de la lumière (avec des puissances électriques faramineuses).

image29.png

Ci-dessus l’on peu voir l’éjection des particules ionisées.
En plus simple, ces moteurs sont longs à lancer mais peuvent accélérer jusqu’à des vitesses faramineuses grâce à leur grande autonomie, leur légèreté et leur grande vitesse d’éjection.

http://www.dailymotion.com/video/x8oe75

 

 

Pour plus d’information: http://fr.wikipedia.org/wiki/Propulseur_magnétoplasmadynamique

 

space: Propulsion spatiale, de la poudre aux ions

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Dans le futur?

Si la faible puissance électrique générée par les panneaux solaires des sondes spatiales actuelles ne permet pas à celles-ci d’atteindre des vitesse permettant des voyages interstellaires; en revanche sachez ceci :
Un propulseur magnétoplasmadynamique de 5 mètres de long et d’une puissance de 2 MW propulse un plasma à la vitesse de 300 km/s et une poussée record de 4 000 newtons. Une version de 25 mètres et 20 MW à la même poussée offre une vitesse d’éjection record de 1 000 km/s.
On est encore loin des 300 000 Km/s de la vitesse de la lumière mais si un jour, l’on parvient à produire des puissances de l’ordre de 2 000 MW dans le réacteur nucléaire d’une sonde spatiale alors rien ne sera impossible(en fait pour anecdote, le futur réacteur européen EPR devrait atteindre une puissance record de 1 600 MW).

Vous l’avez bien compris, j’ai entièrement confiance en la technologie qui nous surprends tous de jours en jours et n’est pas prête de s’arrêter.

 

 

Le projet VASMIR:

Les moteurs ioniques tout comme les moteurs-fusées à propulsion chimique ont à chacun leurs avantages et leurs inconvénients radicalement différents.
En ajoutant les qualités de ces deux types de propulseurs, le projet VASMIR met en oeuvre un nouveau moteur hybride permettant à la fois une poussé  et une vitesse d’éjection acceptable afin d’envisager de raccourcir la durée d’un éventuel voyage vers la planète Mars.

image33.png

Le propulseur VASIMR avec ses vitesses d’éjection allant de 10 à 300 km/s, et ses poussées de 10 à 500 newtons mettrait ainsi un vaisseau de 20 tonnes pour 200 MW de puissance, à seulement 39 jours de voyage de la Terre à Mars.

Pour plus de détails: http://fr.wikipedia.org/wiki/VASIMR

Le site de la NASA: VASMIR.

 

 

La propulsion nucléaire pulsée: Un moyen plus rapide mais très délicat:

La propulsion nucléaire pulsée est une méthode de propulsion spatiale qui utilise des explosions nucléaires pour produire une poussée. Elle fut inspirée par Stanislaw Ulam en 1947 et fit l’objet d’études avancées dans le cadre du projet Orion dans les années 1950-1960. Depuis, diverses techniques et formats d’explosions nucléaires sont régulièrement proposées, parmi lesquels :
-Le projet Orion.
-Une version soviétique.
-Le projet Daedalus.
-Le projet Medusa.
-Le projet Longshot.
-VISTA.
-Catalyse antimatière.
-MHT HOPE.

Certains projet comme le fameux projet Daedalus envisage de de voyager à environ 12% de la vitesse de la lumière, soit 36 000 Km/s.

Pour plus d’information sur ces projets: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Spécial%3ARecherche&search=Propulsion+nucléaire+pulsée&go=Lire

 

 

Un voyage impossible?

Il y à mille ans, si l’on avait demandé aux hommes de l’époque: « Est ce que l’homme pourra marcher un jour sur la Lune? »  Il est très probable qu’ils nous auraient répondu que cela est impossible.
Alors pouvons nous encore douter sur le fait que nous pourrions un jour voyager jusqu’à une exoplanète?

« Aucun problème ne peut être résolu en gardant le niveau de conscience initial »
Albert EINSTEIN

 

 

Enfin, si ce voyage est un jour possible pour l’homme, il s’en doit forcement de même pour une civilisation extraterrestre avancée.

 

 

 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 



Ce site est dédié à la recherche de la vérité et non du sensationnel. ------------------------------------ Et oui, si le phénomène OVNI est avéré comme incontestable, alors l'hypothèse extraterrestre serait la plus probable ce qui situerait l'affaire comme la plus passionnante de toute l'histoire de l'humanité.

D’autres sujets :

Ce site ne traite pas uniquement du phénomène ovni, mais également d'autres sujets importants ou spectaculaires dont certains sont à prendre en considération dans notre société.
septembre 2017
L Ma Me J V S D
« juil    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Sondage

Comment qualifiez vous ce blog ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Auteur:

nico19dumondboudu

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Notre studio de villard |
LE MONDE DES MYSTERES |
YoshiX's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Par Curiosité / By Curiosity
| michelnet
| le solitaire